Un crapaud pour radeau

Voici notre petite histoire. Celle-ci ressemble à un conte pour enfants, et pourtant cela s’est réellement passé durant notre séjour en Toscane début septembre.
Mon mari et moi y étions invités chez des amis qui ont une belle maison et un grand jardin dans lequel se trouve une piscine.
Un matin, de la fenêtre de notre chambre, mon mari voit flotter quelque chose à la surface de l’eau.
«Va vite voir ce que c’est» me crie-t-il.
Je me précipite à la piscine et constate qu’à la surface de l’eau flotte un gros crapaud, étant comme mort, les pattes écartées. Deux scarabées tout noirs se sont réfugiés sur lui.
Je prends l’épuisette, j’attrape le crapaud et le dépose sur l’herbe.
Peu après, le crapaud que je croyais mort se met à bouger lentement.
Les deux scarabées descendent tout heureux de son large dos et s’en vont.
Puis, surprise, un bébé musaraigne, que je n’avais pas vu tellement il était petit et mouillé, se secoue et lui aussi descend du dos du gros crapaud et s’enfuit.
Tout ce petit monde, prisonnier des parois de la piscine, s’était réuni sur le large dos du crapaud, comme sur un radeau de survie. C’était merveilleux ! La journée commençait bien !
(Michel et Irène Goldberg)

Un conseil de Birds Bay

  • Quand on a une pièce d’eau, il est toujours très utile, pour la faune environnante d’y mettre une ou des rampes pour permettre à tout animal qui y serait tombé, de pourvoir en sortir. Ce genre d’endroit est un piège bien réel pour les hérissons, musaraignes, oiseaux, grenouilles, crapauds, insectes, etc.

Birds Bay News N°20, Décembre 2003

>Haut de la page