mésange bleue

Comment aider les oiseaux de nos jardins :

< Mésange bleue.

Faut-il les nourrir ?

En leur offrant de la nourriture par temps doux, nous les empêchons de jouer leur rôle de régulateur biologique car les oiseaux détruisent quantité d'invertébrés qui sans cela pulluleraient.


Certaines interventions inconsidérées peuvent causer plus de tort que de bien.

En automne les oiseaux migrateurs quittent notre pays pour gagner des régions plus clémentes. La plupart des insectivores (au bec fin et pointu) sont dans ce cas, mais certains demeurent chez nous et recherchent durant la mauvaise saison, les insectes et leurs larves.
Les granivores (à bec conique et épais) restent en majorité et continuent à se nourrir de graines et de baies.

Quand il gèle à pierre fendre ou qu'une couche de neige recouvre le sol, il est souhaitable d'aider ces animaux en difficulté. Le nourrissage est alors un excellent moyen pour s'initier à l'observation des oiseaux.

Poussés par la faim, ils s'approchent des maisons et l'on peut voir en milieu urbain Mésanges charbonnière et bleue, Rouge-gorge, Accenteur mouchet, Moineau domestique, Pinson des arbres, Verdier, Merle, ... .
En zone plus boisée et plus retirée on peut observer en plus des autres espèces, Mésanges nonnette, boréale et noire, Pinson du Nord , Grives musicienne, draine, mauvis et litorne, Sitelle torchepot, Bouvreuil, Gros bec, Pic épeiche...

Quand faut-il les nourrir ?

L'idéal est de commencer à les nourrir quand ils en ont réellement besoin, c'est à dire en cas de neige ou de gel, mais il faut le faire alors régulièrement . Le meilleur moment de la journée est le matin : affaiblis par la nuit ils pourront retrouver des forces pour explorer ensuite les sources naturelles de nourriture qui ne disparaissent jamais tout à fait.
Dès que le temps est redevenu plus clément, quand le printemps s'annonce, il faut interrompre le nourrissage et laisser les oiseaux jouer leur rôle pour leur plus grand bien.
Où leur donner à manger ?
Il existe toute une gamme de mangeoires, allant des constructions les plus sophistiquées aux plus modestes. Des systèmes simples et ingénieux permettent de s'en tirer à peu de frais. (voir croquis)
La nourriture devra être déposée à l'abri de l'humidité, d'où l'intérêt d'avoir un toit sur la mangeoire. Il est déconseillé de placer la nourriture à même le sol, car les aliments souillés peuvent provoquer des épidémies d'infections mortelles.
Il est recommandé de ne placer qu'un seul type de nourriture par mangeoire, en effet chaque oiseau recherche ce qu'il apprécie et rejette le reste à terre qui alors s'altère rapidement et peut devenir source de troubles digestifs pour ceux qui le mangent.
L'emplacement de la mangeoire sera choisi en fonction de l'environnement. Attention à la présence de muret, arbuste ou autre endroit où pourrait se cacher un prédateur : chats et autres animaux sont très vites attirés par une concentration d'oiseaux.

...et que leur donner ?

  • Graines de tournesol (pour les mésanges, pics, verdiers, pinsons, etc.)
  • Baies et fruits divers, même pourris (grives, merles, étourneaux, etc.)
  • Fruits secs oléagineux placés dans un filet ou dans un fin treillis
  • Cacahuètes non décortiquées, enfilées pour en faire un long collier
  • Matière grasses diverses non salées , on peut suspendre des tranches de lard (mésanges, rouge-gorge, etc.)

Recette :

Voici une recette fort appréciée de nos hôtes ailés :
dessin mangeoires Faire fondre de la graisse de boeuf, y ajouter du flocon d'avoine, des noisettes, des cacahuètes, du tournesol et autres graines, de la pâtée universelle (s'achète en graineterie) et bien mélanger le tout. Si le gel est très important, on peut ajouter de l'huile pour que la préparation soit moins dure.

Préparer des pots de fleur en terre, y placer dans le centre un bâton terminé par un crochet situé à la base externe du pot, et y verser la mixture assez épaisse .

Quand la préparation est bien figée, suspendre le pot ouverture vers le bas, les oiseaux s'accrocheront au bâton pour se délecter de la nourriture que vous leur avez préparée qui restera à l'abri de la pluie et de la neige et ne sera pas gaspillée (voir dessin ci-dessus).

En ce qui concerne l'eau :

  • S'il y a de la neige, les oiseaux peuvent s'en désaltèrer.
  • Si on désire leur donner de l'eau, le plus simple et le mieux est de leur servir régulièrement de l'eau chaude. Il est inutile d'y ajouter quoi que ce soit (sauf éventuellement un peu de sucre), ce n'est pas réellement efficace et c'est mauvais pour leur système digestif.
  • On peut aussi utiliser un pot en terre sous lequel on dépose une bougie chauffe plat et sur lequel on installe l'abreuvoir.
  • On vend également dans le commerce des abreuvoirs avec résistance électrique.

ATTENTION : s'il gèle fort, il ne faut pas donner aux oiseaux la possibilité de se baigner, cela peut leur être fatal. Si l'abreuvoir est grand, on peut le couvrir d'un treillis pour leur permettre de boire, mais pas de se mouiller.

Comment aider les oiseaux toute l'année ?

En sauvegardant ou en reconstituant des milieux qui leur sont favorables nous les protégeons plus efficacement qu'en les nourrissant artificiellement. Le meilleur jardin pour les oiseaux est celui qui parait mal entretenu, encombré par la végétation.
Il suffit de maintenir des biotopes riches en plantes sauvages qui constituent une ressource alimentaire importante et variée, de planter des haies, des arbustes à baies ou à fruits. Nombre de ces arbustes ont un aspect décoratif et constituent d'excellents sites de nidification.
L'idéal est d'en planter différentes espèces qui produiront des fruits sur une longue période, par exemple : Sorbiers et Sureaux mûrissent en août-septembre. Aubépines, Aulne, Cornouiller sanguin et Troëne en octobre-novembre. Bourdaine, Lierre, Viorne obier, Prunellier et Eglantier de novembre à janvier. Il est également intéressant de laiser des parcelles de terrain non cultivées en favorisant le développement de plantes sauvages que viendront visiter de nombreux granivores.

MANGEOIRES ET NICHOIRS :

Que prévoir pour les aider à nicher ?
Pour les oiseaux qui construisent leur nid sur les branches, peu de problèmes se posent quand ils ont à leur disposition arbres et buissons touffus. A quelques exceptions près il ne font pas usage de nichoirs .
En ce qui concerne les cavernicoles, l'idéal est bien sûr les cavités naturelles, mais malheureusement celles-ci deviennent de plus en plus rares, d'où l'intérêt de leur proposer des nichoirs artificiels.

Choisissez un endroit calme, légèrement ombragé, hors de la portée des chats. Placez le nichoir (en bois brut, enduit extérieurement d'huile de lin pure) légèrement incliné vers l'avant afin que l'eau puisse couler facilement du toit qui sera recouvert de carton bitumé ou de zinc.

Le meilleur moment pour suspendre les nichoirs est en hiver, car les oiseaux cherchent très tôt un territoire et découvrent alors les éventuelles possibilités de nidification, mais ne vous découragez pas s'il n'est pas immédiatement habité.

Maitrisez votre curiosité et visitez le nichoir le moins souvent possible. Nettoyez le après chaque saison, en automne, afin de le débarasser des parasites qui ont pu s'y installer.

L'endroit où vous le placerez, le type de nichoir et le diamètre d'ouverture d'accès sont déterminants pour l'espèce d'oiseau que vous pouvez espérer y voir faire un nid.

NICHOIRS :

nichoirs

Le diamètre du trou d'envol est déterminant pour l'espèce que l'on peut espérer voir fréquenter le nichoir, les dimensions sont à titre indicatif (la "maison" peut être un peu plus grande).

  • Modèle A :

    1°/ Dos 20x56cm - avant 20x51cm - côté 18x51x55cm - fond 18x16cm - toit 20x28cm.
    Trou d'envol :
    Étourneau : 50mm
    Pic vert (renforcé) : 60mm
    Choucas- colombin : 140mm

    2°/ Dos 18x26cm - avant 21x123cm - côté 12x23x27cm - fond 14x12cm - toit 18x22cm.
    Trou d'envol :
    Mésange bleue, noire, huppée, nonette : 28mm
    Mésange charbonnière, gobe mouche noir : 32mm
    Moineau, torcol, rouge queue à front blanc : 35mm

  • Modèle B :

    Gobe-mouche, rouge-gorge, rouge-queue noir.
    Sauf les mesures indiquées au croquis, se référer au mesures du modèle A 2°

  • Modèle C :

    Comme le modèle A 2° mais entrée sur le côté, contre l'arbre sur lequel il sera posé.
    Trou d'envol :
    Sittelle : 46 mm
    Grimpereau : 32 mm

>Haut de la page